Mise en oeuvre du Métro Nord et les conséquences pour les commerçants concernés

Question de: 
Pascal Freson
Question du Conseiller / de la Conseillère: 

Monsieur le Bourgmestre,

Monsieur le Secrétaire communal,

 

concerne : QE concernant la mise en oeuvre du Métro Nord et les conséquences pour les commerçants concernés

 

Un article de La Capitale, édition digitale de ce matin, annonce l'expropriation de la Friterie Bordet, se basant sur une question parlementaire adressée au Ministre SMET.  Vous trouverez, en annexe au présent courriel, une copie au format PDF de cet article.

 

En tant que Conseiller communal, j'ai assisté aux deux sessions d'information organisées par BELIRIS dans le courant du mois de janvier.  Lors de ces séances, les représentants de BELIRIS ont annoncé que des négociations seraient entamées avec les exploitants de la friterie et qu'il n'était pas exclu de trouver des solutions pour une implantation dans le projet.

 

La friterie est par excellence, un commerce de proximité, dont profitent non seulement les riverains du quartier, mais également les personnes qui travaillent ou transitent par ce quartier.  La qualité et la convivialité d'une friterie traditionnelle constituent, et de loin, une plus-value largement supérieure à ce que propose des chaînes de type "fastfood".  Il y a donc un intérêt communal à protéger ce type de commerce et a fortiori de tout mettre en oeuvre afin de trouver des solutions pour ce commerçant.

 

Compte tenu de ce qui précède, puis-je vous demander

  • si les informations dont dispose le Collège correspondent à ce qui est repris dans l'article de presse et si notre administration a été consultée sur cette question ?
  • si, dans ce dossier en particulier, des contacts ont été pris avec le commerçant concerné ?  Dans le cas contraire, quelles sont les initiatives envisagée par le Collège et/ou l'administration suite à cet article de presse ?
  • si le Collège est disposé à aider ce commerçant à trouver, dans un premier temps, une solution alternative qui lui permettrait de maintenir ses activités dans le quartier et ainsi de ne pas perdre sa clientèle ?  Dans le même ordre d'idées, des solutions peuvent-elles être envisagées, en concertation avec BELIRIS, et la SNCB le cas échéant, pour intégrer ce commerce de proximité dans le projet final ?

Par ailleurs, le Collège et l'administration ont-ils une vue précise des expropriations envisagées ?  Combien d'habitants et de commerces seront touchés par ces expropriations et quelles sont les solutions envisagées ?

 

D'avance je vous remercie pour vos réponses.

 

Salutations distinguées.

 

Pascal Freson
 

Réponse: